Pôle universitaire

Journée
INTERNATIONALE
de la Chaire

Journées internationales de la Chaire

ACTIONS

1ère journée - Septembre 2015

- Programme - Clic PDF
- Discours Marisol Touraine - Clic PDF

2ème journée - Septembre 2016

- Programme - Clic PDF


3ème journée - Septembre 2017

- Programme - Clic PDF

Prochaine journée - Septembre 2019

- Programme - Clic PDF


Ouverture de la Conférence internationale Santé sexuelle - Paris - Mercredi 26 septembre 2018, de 9h00 à 17h30
Ministère des Solidarités et de la Santé - 14, Avenue Duquesne – 75007 Paris - Salle Laroque

EDITION SEPTEMBRE 2018
Les mots du Docteur Pierre Benghozi , Coprésident de la conférence

INFOS PRATIQUES

Téléchargement - Toutes les présentations power point de ces journées sont téléchargeables dans la rubrique ''Média'' puis PDF ou depuis CE LIEN


Vidéo
Toutes les vidéos de cet événement seront très bientôt disponibles depuis cette page

«En finir avec les inégalités, révolutionner l'éducation à la sexualité Quel défi ! Quel Challenge ! Vous constatez que nous n’avons pas précisé quelles inégalités ?

Celles en rapport avec des identités sexuées, sexuelles, de constructions sociales de genre ? Nous le verrons aujourd’hui, ces inégalités sexuelles c’est aussi pour celles et ceux qui sont porteurs d’handicaps, de VIH et bien d’autres… En quoi l’éducatif dans le champ de la sexualité pourrait être une source de transformation égalitaire ? En quoi cette perspective doit révolutionner notre regard, notre approche sur l’éducation sexuelle ?

Ce nouvel enjeu est celui de l’éducation à la Santé Sexuelle. C’est beaucoup plus ambitieux. C’est une éthique de la dignité, de l’égalité de chacun dans le respect des droits « à et de » la différence. Cela nous concerne tous comme citoyen. La révolution que se propose : l’éducatif vise à promouvoir de nouvelles représentations de la considération de soi, de l’autre, du rapport à l’autre, de l’être ensemble. C’est l’accueil, la reconnaissance, le respect, l’hospitalité de la différence. L’éducation est plus que l’enseignement, la communication d’un savoir.

C’est l’enjeu d’une transmission consciente et inconsciente. Comment enseigner au-delà des mots et de la norme la réalité du consentement ou du non consentement ? C’est l’intériorisation d’un processus de reconnaissance, d’une écoute, d’une considération de soi, de l’autre. Déjà en 1973 le Livre d'Elena Gianini Belotti, Du côté des petites filles montrait comment inconsciemment depuis la naissance, jusqu'à l'enfance, adolescence et vie adulte, nous, parents, enseignants, amis, reproduisons les stéréotypes de la « fille » plus douce et prude et du « garçon » casse-cou. Nous le constatons aussi en permanence comme médecins pédopsychiatre, thérapeute de couple et de famille, l’égalité des chances est déjà très engagée pour un garçon ou pour une fille selon la place qu’occupe sa naissance dans le désir des parents. Selon certains milieux socioculturels l’arrivée d’un garçon est une bénédiction et celle d’une fille est un malheur ; Quelle place un enfant va trouver dans une lignée masculine ou féminine déjà stigmatisée ? La transmission engage le généalogique avec les représentations du sexué en héritage. La famille est une référence dans la transmission des valeurs et d’un savoir être. L’enfant d’aujourd’hui est virtuellement le parent, le grand parent de ceux qui construiront la promesse d’une société égalitaire de demain ? Car la promesse c’est celle du vivre bien avec sa différence.

Aujourd’hui pour la diffusion des informations sur la sexualité le média le plus important que fréquentent les jeunes ce sont les écrans des réseaux sociaux internet sur les tablettes et les smartphones. Les enquêtes confirment l’influence des sites porno sur les comportements et les représentations d’un modèle de domination sexuelle.

C’est dans cette perspective que nous pouvons questionner aujourd’hui l’éducation à la santé sexuelle en étant particulièrement vigilant et responsable en invitant les parents et les adultes référents à leur parler des écrans, à écouter les questions qu’ils peuvent se poser sur leur corps et sur la sexualité.. Quel est l’enjeu ? Il s’agit selon le rapport de l’OMS d’établir des recommandations pour « donner aux enfants et aux jeunes une éducation adéquate en matière de sexualité » afin «d’améliorer le niveau global en matière de santé sexuelle. J’ai eu déjà l’occasion ici même en ouvrant le premier congrés de notre Chaire Unesco d’insister sur les ravages d’une effraction pour l’enfant d’une excitation sexuelle prématurée. C’est une violence intrusive. Elle attaque l’appareil psychique, de l’enfant qui n’a pas la maturité de gérer une telle information. J’en ai décrits effets délétéres avec la métaphore d’une pomme qui parait murir trop vite avant de devenir blète. C’est dans cette considération vigilante respectueuse des capacités d’élaboration et donc de maturation de l’enfant que doit se construire une éducation à la santé sexuelle pour soutenir sa croissance, son épanouissement, sa disponibilité au plaisir, à l’expression de son désir, pour favoriser sa capacité de rencontrer l’autre et de le respecter dans sa différence.

Les organisations internationales comme la CFSS Suisse partagent des principes essentiels : L’approche et les contenus doivent être adaptés à l’âge et au stade de développement et de maturité de l’enfant+++ . C’est là qu’une formation de tous ceux en responsabilité éducative est fondamentale. Ils doivent être formés non seulement à un savoir en termes de connaissance mais aussi à l’écoute dans la relation avec les enfants. C’est encore ici savoir d’abord écouter des questions sur ce qui fait énigme et angoisses dans d’approche de la sexualité, de la considération de soi, de l’autre, du respect de la pudeur.

Dans cette perspective si l’éducation à la santé sexuelle passe par l’éducation dans les collèges et lycées, elle est aussi une responsabilité pour tous. Par exemple : Les premières consultations de gynécologie n’ont-elles pas une fonction initiatrice comme celles d’un rite de passage non seulement de l’enfant à l’adulte, mais aussi dans le processus de croissance et de transmission identitaire ? Dans un dialogue « politique » au sens de la cité, avec tous les partenaires, avec les familles et les communautés, la santé sexuelle vise à déconstruire des stéréotypes fondés sur nos sociétés machistes et patriarcales. Il s’agit de construire une vie affective, subjective et désirante, dans l’espace intime, privé et social, avec des nouvelles représentations de la parité, de l’égalité des droits humains protectrice contre les discriminations. C’est la perspective même fondatrice de notre Chaire. C’est la
fonction de cette journée de la chaire UNESCO de Santé sexuelle et Droits Humains de porter ce mouvement vers l’égalité.

A vous toutes et tous, intervenants et participants, je vous remercie d’y contribuer.


 

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon